VOTE | 87 fans

#401 : Légende en fabrication

Titre VO: “Legend in the Making” - Titre VF: “”
USA : Diffusé le 7 Janvier 2007 - France :
Scénario :  Ilene Chaiken - Réalisation: Bronwen Hughes
Guests: Elodie Bouchez (Claude), Karina Lombard (Marina Ferrer), Jane Lynch (Joyce Wischnia), Steven Eckholdt (Henry), Rosanna Arquette (Cherie Jaffe)




Shane est allée rejoindre Cherie après avoir laissé son mariage en plan. Toutes les affaires d'Helena sont reprises par sa mère (sa voiture, sa maison...) et Alice essaye de l'aider en lui donnant des conseils et en lui proposant d'habiter chez elle. Jenny rompt avec Max, et Claude la rejoint à Los Angeles. Max décide enfin de voir un docteur pour les hormones. Kit retrouve Bette et la fait rentrer à Los Angeles, où elle rend Angelica à Tina. Kit va se faire avorter, mais la clinique où elle va est remplie de chrétiens anti-avortement. Alice, jenny et Helena découvrent sur le site OurChart qu'une certaine Papi, a battu tous les records de nombres de conquêtes! Alice lui lance un appel à la radio pour la connaitre. Jenny a le lancement de son livre et durant la petite fête, Marina arrive de retour pour 3 jours à Los Angeles...

Popularité


4 - 2 votes

Titre VO
Legend in the Making

Titre VF
Légende en fabrication

Plus de détails

Après le mariage qui a été annulé, tout le monde est énervé. Tina n'en peux plus car sa fille a été "enlevée" par Bette, elle fait une crise de nerfs. Heureusement, Angelica va bien en compagnie de Bette. Tout finit par s'arranger, Bette et Tina se rejoingnent chez Joye avec Angelica. Joyce avait dit à Bette que c'était une grave erreur d'avoir enlevé Angelica et que ça ne pourra que jouer en sa défaveur. Après des cris, elles ont l'air de s'arranger et le lendemain, Angelica part avec Tina et Henry, pour un moment de garde alternée.

Du côté de Jenny, cette dernière est contente, car elle va faire une séance de dédicasse de son livre. Tout a coup, la fille que Jenny avait rencontré au Canada arrive devant sa porte et Jenny est toute contente, Les deux femmes font l'amour dans la cuisine. Tout ceci a l'air de rentre triste Max.

Kit rencontre "un petit problème". Elle est enceinte et ne comprend pas comment c'est possible. Angus dit à Kit qu'il sera d'accord avec n'importe quelle situation et qu'il la soutiendra. Kit décide d'avorter. Ils se rendent dans une clinique, mais cette dernière est bizarre et les gens sont anti-avortements. Ils ne vont pas aider Kit qui doit se dépêcher de partir.

Shane est bouleversée par son comportement. Elle arrive devant la maison de Cherie, par la plage après avoir plongé dans l'eau. Elle va presque prendre de la drogue et Cherie est relax mais Shane ne l'est pas du tout. Elle veut absolument tenter de récupérer Carmen en allant frapper chez elle. Un cousin de Carmen l'envoie promener et lui dit de ne plus jamais revenir. Elle va alors boire en conduisant et faire un accident de voiture en finissant dans un talu. Un homme voudra l'aider mais Shane lui dira qu'elle va bien, malgré le sang sur son visage. Shane va se rendre chez son père, mais celui-ci s'est enfuit de la maison, comme il l'avait fait dès que Shane était petite.

Au Planet, Alice, Helena et Shane regardent le site internet d'Alice. Elles remarquent qu'une fille dépasse le nombre de conquête de Shane. Il s'agit d'une dénommée Papi. Alice va se lancer à sa recherche.

Tout à coup, Marina réapparaît comme par magie. Tout le monde lui dit bonjour et prend de ses nouvelles. Cependant, la situation est tendue avec Jenny. Marina va faire l'amour avec la copine de Jenny. Elle veut le faire à trois, ce qui déplaît à Jenny.

[Dans l’eau…]

Shane est dans l’eau (la mer ?), elle a l’air inconsciente, habillé comme elle a quitté le mariage. Elle coule au milieu des algues.

                               

 

[Générique.]

 

 

[Dans la chambre d’Alice… Canada. Jour.]

Quelqu’un toque à la porte.

Alice : C’est ouvert. Entrez.

Kit : (En ouvrant la porte.) Toujours rien.

Kit est inquiète au sujet de Bette, qui a enlevé Angelica. Alice est en train de faire une valise. Kit s’assoit sur le lit.

Alice : Ok, tu sais quoi ? Ça vaut le coup d’essayer, ça fait moins de 24 heures, elle ne peut pas être loin.

Kit : (Elle soupire. Puis, regarde autour d’elle, étonnée.) Où est Lara ?

Alice : (Continuant de faire sa valise.) Elle est partie ce matin.

Kit : Elle a accepté le job à San Francisco ?

Alice : (Etonnée.) Tu étais au courant ?

Kit : (Essayant de défendre Lara.) C’est un hôtel 4 étoiles, elle aura sa propre cuisine… Elle avait si peur que tu le prennes mal.

Alice : (Regardant dans le vide.) Non, enfin… C’est bizarre. Un jour, à l’hôpital, Dana a dit qu’elle voulait que je me fasse de nouveaux amis et elle a dit : Tout ton monde tourne autour de cet orbite minuscule. Et c’était avant l’histoire avec Lara, donc ça fait bizarre.

Kit : (En souriant.) Oui, l’histoire avec Lara… C’était…

Alice : Incestueux.

Kit : Oui, si tu veux…

Alice : (La coupant.) Un truc a changé pour moi ici et je suis contente de rentrer à la maison et…

Jenny : (En rentrant dans la pièce.) Bonjour.

Elle arrive avec une valise, Max est derrière elle.

Jenny : Merde. (en coinçant sa valise) Ok, salut. (En rendant une affaire à Alice.)

Alice : Merci.

Jenny : De rien. (En s’asseyant sur le lit à côté de Kit.) On peut faire ça vite ? (Elle enlève son chapeau. Max s’assit.) Claude part dans dix minutes pour Montréal et je veux lui dire au revoir.

Alice : J’attendais juste Helena.

Helena : (En ouvrant la porte.) Désolée. Je payais la note. Quelle ironie.

Max : (Gêné.) On peut partager les frais.

Helena : Non, ce serait idiot Max. Merci, mais…

Alice : Helena, peut-être…

Helena : (Les regardant tous.) Tout était prévu d’avance. N’en faites pas tout un foin.

Jenny : Ok, on y va ?

Alice : Oui.

Max : (En se levant.) Je devrais peut-être vous laisser.

Kit : Non Max. C’est une intervention pour laquelle on a besoin de tout le monde. (Alice tape le numéro de Bette, sur son téléphone fixe.) Viens ici.

Bette : (Message du téléphone.) Laissez un message.

Alice : Ok, vous êtes prêts ?

Le bip annonçant que le message commence retentit.

Alice : Bette, c’est Alice.

Jenny : Et Jenny.

Helena : Et Helena.

Max : Et Max.

Kit : Et Kit. On voulait te dire qu’on t’aime…

Alice : On t’aime et… Tu peux compter sur nous. Quoi qu’il arrive.

Jenny : Et on comprend ta réaction. A ta place, on aurait fait exactement pareil.

Elles la regardent toutes.

Alice : Peut-être pas pareil, peut-être tu sais… Quelque chose de…

Kit : Mais tu dois faire le bon choix.

Helena : Oui, tu dois ramener Angelica.

Max : On peut t’aider.

Jenny : Mais personne ne met en doute que c’est ta fille.

Alice : On ne laissera personne te la prendre.

Kit : Même pas une putain de cour de justice.

Helena : Si on en arrive là, on témoignera pour toi. Ton dossier est en bêton.

Alice : Et on parlera à Tina, on lui dira de se calmer…

Helena : Tina est juste, enfin… On sait qu’elle…

Tina : (En arrivant dans la pièce.) … appellera la police, te fera foutre en taule, ruinera ta carrière et ta vie.

Alice : Tina, c’est bête, elle ne rentrera pas.

Tina : (En s’énervant et criant.) Elle est où putain ? Toujours au Canada ? Retournée aux States ? Elle a emmené Angelica à Tombouctou ? (En regardant Kit.) Kit ?

Kit : Je ne sais pas où elle est.

Tina : (En regardant tout le monde, puis Kit.) Tu peux lui dire de ma part que si elle n’est pas à L.A quand je rentre, j’appelle la police. Et quand ils la trouveront, j’emmènerai ma fille loin d’elle et elle ne reverra plus jamais Angelica. C’est compris ? (A tous.) Dites-le lui !

Elle s’en va.

 

 

[Dans un café… Jour.]

Bette est dans un café avec Angelica. Elle est au téléphone avec Joyce.

Bette : Grave à quel point ? Non Joyce, dites-moi juste ce qu’elle peut faire. Le pire scénario si elle continue à jouer au monstre hypocrite. (Un temps.) Qu’elle aille se faire foutre. Personne ne prendra ma famille. (Un temps) Je ne sais pas. On ne va pas rentrer. (Un temps.) Au Mexique. Je ne sais pas. (Un temps.) Je connais un artiste qui a emmené sa famille entière à Oaxaca. Je n’ai pas eu de mal à passer la frontière américaine. (Un temps. Bette regarde son portable.) Joyce, un instant, j’ai un autre appel. (Elle soupire, et prend l’autre appel.) Phyllis. Bonjour. Non, je suis ravie de vous avoir. Oui. (Un temps.) Où je suis ? Je… En Californie du nord, je fais un voyage avec ma fille. Oui, je profite de ces précieux moments avant de retourner travailler. (Un temps.) Oui, je sais, ça passe si vite. (Un temps.) Je suis impatiente. Oui, je suis prête. Oui, j’ai hâte de commencer. On se voit lundi matin sur le campus. (Un temps.) Ok, génial, merci. (Elle raccroche. Angelica mange devant elle, Bette la regarde. A tous les gens dans le café.) Je peux avoir une tétine ? Quelqu’un a une tétine ? Seigneur !

 

 

[Sur la plage… Jour.]

Shane sort de l’eau. Elle est complètement trempée. Elle commence à marcher le long de la plage. Elle voit que son portable est mort, et le lance dans la mer. Elle avance vers une maison à côte de la plage.

Cherie : Shane, viens !

Cherie est allongée sur un transat. Shane marche vers elle.

Cherie : J’ai envie de toi. (En voyant Shane arrivée à côté d’elle.) Mon dieu ! T’étais où ? (Elle passe une serviette à Shane qui s’essuie avec.) Quand est-ce qu’on baise ? (Elle tire Shane vers elle qui la repousse.) Quoi ?

Shane : Laisse-moi me calmer d’abord putain.

Cherie : (En prenant son verre de champagne.) Espèce de tarée. (Un temps.) Tarée. Tu pensais quoi ? (Un temps.) Quand tu allais épouser cette nana ? Cette ridicule miss tchatcha toute sautillante.

Shane se met à se faire une ligne de coke, et à sniffer.

Shane : (En se redressant.) Tu ne la connais pas. Tu n’as pas le droit de dire ça.

Cherie éclate de rire.

 

 

[A l’aéroport… Jour.]

Alice et Helena sont à l’aéroport, elles attendent leurs valises.

Helena : Merde, où est mon chauffeur ?

Alice : Oh euh… J’ai annulé ton chauffeur.

Helena : Tu as quoi ?

Alice : (En prenant sa valise.) Helena, tu dois essayer… Tu dois apprendre à penser différemment. Tu ne peux plus louer une limousine pour rentrer de l’aéroport.

Helena : J’ai le sens pratique. Je prendrai le taxi.

Alice : Un taxi jusque chez toi te couterait autant qu’une limousine.

Helena : Je prendrai le bus.

Alice : (continuant de prendre les valises) Le bus ne va pas jusque là. Tu dois prendre la navette de l’aéroport.  

Alice lance un sac dans les bras d’Helena.

Helena : Ok, montre-moi où je dois aller.

Helena commence à s’en aller en ne prenant qu’un sac.

Alice : Helena ! (Un temps.) Tes bagages ?

Helena : (En revenant vers Alice, et faisant signe) Bagagiste !

Alice : (Fait  signe au bagagiste de rester là où il est) Non, non. (A Helena) Viens ici. Ce truc-là s’appelle un chariot pour bagages.

Alice tend le chariot à Helena en s’en allant. Helena sourit.

 

 

[Chez Jenny… Dans l’atelier. Jour.]

Jenny et Max rentre en ouvrant la porte.

Max : J’hésite à m’installer ici. Ça me file la chair de poule.

Jenny : Elle n’est pas morte. (Range des fils électriques) Je suppose que Carmen ne voudra plus habiter ici.

Max : Je pourrais trouver une chambre.

Jenny : Non, je vais rassembler ses affaires. Et Shane s’occupera des trucs de Carmen quand elle rentre.

Jenny range des affaires.

Max : Et si ça dérange Shane ?

Jenny : Je m’en fous que ça la dérange. Ce qu’elle a fait est monstrueux et impardonnable.

Max : Jenny…

Jenny : Elle aurait dû nous appeler. (Continue de ranger) Elle aurait dû nous en parler.

Max : Un peu de compassion !

Jenny : Alice a passé des semaines à préparer ce mariage. Helena a dépensé une petite fortune.

Max : Je suppose que Carmen ne pardonnera pas à Shane de si tôt, moi si. Toi aussi tu devrais. (Un temps.) Moi, je t’ai pardonné.

Jenny : (Se retourne) Quoi ? Tu m’as pardonné quoi ?

Max : Arrête.

Jenny : Je suis toujours la même. Max !

Max : Je sais que je me comporte mal depuis que je prends de la testostérone, mais… Tu disais encourager ma transition.

Jenny : C’est le cas. (Un temps.) On n’est plus raccord, c’est tout.

Max : C’est pour ça que je n’ai rien dit quand tu es sortie avec Claude. Mais je… Je ne vois pas pourquoi ça ne marche pas.

Jenny : Parce que tu te considères comme un homme hétéro. Voilà où ça coince, tu me vois comme la copine hétéro du gars hétéro. Et je me vois comme une lesbienne qui aime baiser les nanas. (Un temps.) Et tu n’es pas une nana.

Max et Jenny se regardent.

Max : Mouais…

 

 

[Devant chez Bette… Nuit]

Tina et Henry essayent de forcer la porte de chez Bette.

Henry : Tu n’as plus la clé ?

Tina : Non. Elle a changé la serrure quand je suis partie. (Pousse la porte de toutes ses forces en s’énervant) Putain.

(Met sa tête contre la porte en pleurant) Je veux mon bébé. Je veux la voir.

Henry : Je sais.

Tina : Où est-elle ? Où est-elle ? Je veux mon bébé. (Un temps.) Je veux mon bébé.

Henry : Cette fois, on va appeler la police.

 

 

[Dans un hôtel… Jour.]

Bette est dans une chambre, allongée sur le lit. Angelica est sur son ventre.

Bette : Il n’y a plus de lait, mais on peut mettre… On peut mettre de l’eau, si tu veux. (Quelqu’un toque à la porte.) Merde.

Bette se lève, et prend Angelica dans ses bras. Elle s’apprête à ouvrir, hésite, et part en arrière pour cacher Angelica.

Kit : Bette, tu es là ? C’est moi, Kit.

Bette regarde en direction de la porte, surprise.

 

 

[Chez Helena… Jour.]

Helena et un homme (Qui travaille avec elle ?), Rick, parlent chez elle, un verre à la main tout les deux.

Rick : Comment ça va ? Mieux ?

Helena : C’est mieux qu’un pieu dans l’œil, si c’est ce que tu veux dire.

Rick : Il y a une bonne nouvelle.

Helena : Oh, il y a une bonne nouvelle !

Helena s’assoit sur le bord de sa piscine.

Rick : J’ai trouvé un bon locataire et ton proprio veut bien annuler le bail. La mauvaise, c’est que le locataire veut emménager tout de suite.

Helena : Je suis censée aller où ?

Rick : Je suggère que… (Helena le regarde attendant sa réponse, celui-ci baisse les yeux.) Tu évalues tes revenus et vois ce que tu peux te permettre comme loyer.

Helena : Je n’avais pas vraiment de salaire. Mais, si je gère le studio de production…

Rick : Oh oui, le studio…

Il boit en regardant le ciel.

Helena : Je sais qu’on est dans le rouge, je ne veux pas trop demander, mais je devrais gagner au moins ce que Tina gagne.

Rick : Il valait un bon prix et Paramount voulait acheter un studio… (Helena lève les yeux au ciel et boit.) Ta mère voulait en être débarrassée avant de partir pour Antigua.

Helena : Ma mère est à Antigua ?

Rick : Sur une île privée, en fait. Pas de téléphone, c’est très romantique. Elle est emballée.

Helena : (Ironique) Je me réjouis pour elle. (Boit, finit son verre, et le tend à Rick) S’il te plait, juste…

Rick : Je vais chercher la bouteille.

Il prend les deux verres et s’en va à l’intérieur. Helena soupire.

 

 

[Devant l’hôtel… Jour.]

Angus est dans sa voiture, Kit et lui parlent par la fenêtre ouverte.

Angus : Tu veux que je parte, que je m’en aille maintenant ?

Kit : Oui, elle ne veut voir personne, pas même toi. Je l’emmène voir un avocat dès qu’on rentre. (Elle recule d’un coup, et va vomir un peu plus loin. Angus sort de la voiture pour la rejoindre, et pose une main sur son dos.) Pardon.

Ils marchent un peu tout les deux.

Angus : On va prendre rendez-vous demain midi. Tu veux toujours le faire ?

Kit : On a envisagé toutes les possibilités.

Angus : Je sais que c’est la bonne décision, je… Je veux m’assurer que tu ne le vis pas mal.

Kit : Je le vis mal. Je sais que c’est la bonne décision.

Kit cherche ses mots.

Angus : Je t’aime.

Ils se regardent et se prennent dans les bras. Angus se penche pour l’embrasser, Kit recule.

Kit : Non, mieux vaut ne pas m’embrasser.

Angus : Oui, ce serait dégoûtant.

Ils se sourient, Angus l’embrasse quand même.

Kit : Je t’aime. (Sourit encore plus.) Je t’aime.

Il s’en va, part en voiture. Kit le regarde s’en aller. Bette, de sa chambre, pousse le rideau, et les regarde. Kit se retourne et la voit.

 

 

[Au Planet… Jour.]

Helena : Une seule carte de crédit avec une limite de 3500$. Ce n’est même pas assez pour une paire de chaussures.

Alice : Non, pas si tu veux des bottes faites mains à Barcelone à 14000$.

Helena regarde ses bottes, et lève la jambe en la montrant.

Helena : Oui, mais je devais les prendre. Elles sont parfaites avec cet ensemble Emporio.

Le serveur : Une autre tasse ?

Helena : Non, je ne peux pas me le permettre.

Alice : Helena, c’est gratuit. (Helena sourit et tend sa tasse.) Et ta voiture ? Elle vaut bien 300.000$ ? C’est assez pour  en vivre pendant deux ans.

Helena : Peut-être pour toi. (Alice la regarde) Ok, peut-être que pour moi aussi. Ma mère en a déjà repris la possession. Rick a suggéré que je cherche une Aion… daï… ?

Alice : Hundaï ?

Helena : Oui.

Alice : Elle a fait ça à fond, hein ?

Helena : Oui. (Ironique.) Par amour.

Alice : Tu sais quoi ? Tu devrais venir habiter avec moi. Jusqu’à ce que tu retombes sur tes pieds.

Helena : Je ne peux pas.

Alice : Tu as été super généreuse avec moi et je peux enfin te rendre la pareille. (Helena se prend la tête entre les mains.) Ça va aller, on va t’aider.

Alice pose sa main sur la cuisse d’Helena.

Helena : Je… Je ne savais pas que c’était si horrible d’être pauvre.

Alice : Oui…

 

 

[Sur la plage… Jour.]

Shane est allongée sur la sable, elle dort. La mer monte, et la réveille en sursaut. Elle se rallonge, la main sur la tête.

 

 

[Au Planet… Jour.]

Jenny arrive, à côté d’elle une affiche écrit : « Séance de dédicace : Jennifer Schecter. Des parties d’elle. » Jenny se retourne et regarde l’affiche.

Alice : Mais voici Jennifer Schecter, auteur de « Des parties d’elle ». (Alice et Helena avance vers elle en souriant.) Tu veux bien dédicacer mon livre ?

Jenny : Tu as un livre ? Il ne sort que jeudi.

Alice : Je plaisantais.

Helena : (Regarde Jenny) Félicitations, c’est génial.

Jenny : Merci. Mon éditeur m’a dit qu’il y avait déjà une critique.

Elle pose son sac, et en sort son ordinateur portable.

Helena : Tu ne vas pas quand même lire les critiques de ton livre ?

Jenny : Bien sur que si. Pourquoi pas ?

Alice : Au cas où elles ne seraient pas positives.

Jenny : C’est dans un but informatif. Oh, vous savez quoi ? (A Alice.) On va parler de toi dans notre myspace, et faire de la pub pour Ourcharts.

Alice : Merci, c’est gentil.

Helena : Ça marche comment, ce chart ? Je n’ai jamais surfé dessus.

Jenny : (Surprise.) Tu n’as jamais été sur « Ourchart » ? C’est génial, tu rates quelque chose !

Alice : C’est un réseau de connaissances.

Jenny : Pour lesbiennes.

Helena : (En regardant l’écran.) Il faut avoir couché avec quelqu’un ?

Alice : Au début, c’était le principe. (Un temps.) Tu sais, Jenny a couché avec Tina, qui a couché avec Anny…

Helena : (A Jenny, surprise.) T’as couché avec Tina ?

Jenny : (Rit) Non, c’était une hypothèse.

Alice : Mais les lesbiennes se connectaient, parlaient de leur vie, je te montre ?

Helena : Oui.

Alice prend l’ordi, Helena regarde toujours l’écran.

Alice : Mais pour moi, ça reste un compte-rendu des relations. Me voilà, et voilà ma constellation. (La constellation d’Alice apparaît, avec sa photo, et l’on voit ses conquêtes qui sont au nombre de 23.) J’ai couché avec Gabie Devaux. Donc, je l’ajoute à ma constellation. J’inscris son nom et le webmaster lui envoie un mail disant que je l’ai ajoutée à « Ourchart » et qu’ils veulent l’ajouter à la page. Si elle donne l’autorisation, elle commence sa propre constellation.

Helena : (Regardant la constellation de Gabie) Ça fait beaucoup de liaisons.

Alice : Oui, c’est une pute. (Un temps.) Mais si tu voyais Shane… Je te montre.

Jenny : Je peux vous montrer ?

Alice : Oui.

Jenny : Si tu cliques sur le nom de Shane, tu peux voir avec combien de nanas elle a couché. (La constellation de Shane apparaît comme celle d’Alice, avec sa photo, et il est marqué que Shane a couché avec 963 filles.)

Alice : C’est ce qu’on appelle un hub, une fille qui a couché avec plus de 50 personnes.

Jenny : Elle est le hub des hubs.

Alice : Quand tu deviens un noyau (hub), tu es un portail. Parce que tu vas créer un nouveau système solaire.

Jenny : Tu te souviens de la japonaise qui a couché avec Shane ? Maintenant, elle a son propre système solaire à Kyoto. (Un temps.) On regarde Carmen ?

Alice : Je crois qu’on doit laisser Carmen en dehors de ça.

Jenny : (En tapant sur l’ordi.) Carmen a son propre système solaire ici, à East L.A.

Helena : (Se mettant devant l’ordi.) Regardez cette lumière. Rose, Marylène… Je ne pensais pas que c’était si populaire.

Alice : On va devoir changer de serveur, il y a trop de trafic.

Helena : Quel terme vous donnez pour un groupe ?

Alice&Jenny : Un système solaire.

Helena : Il y a une fille ici avec un système solaire qui a plus de touches que Shane.

Jenny : Non, ce n’est pas possible.

Alice : Y a pas moyen, désolée.

Jenny : Je peux reprendre mon ordi ? (Echange de place avec Helena.) Oh mon Dieu ! Tu as raison ! Regardez ça ! Cette fille a couché avec 1150… (Le chiffre de la constellation change et affiche 1151.) Il y a un nom de plus, ça fait  1151.

Alice : Je veux voir qui c’est. (Regarde la constellation de cette fille qui s’appelle Papi.) C’est qui Papi, bordel ?

 

 

[Dans le bureau de Max… Jour.]

Le patron de Max rentre, et parle avec Max qui est sur son ordinateur.

Le patron : Martin a trop de boulot, on te met sur le projet Pyrotech.

Max : Merci ! Merci, patron.

Le patron : Comment ça va pour toi, Max ?

Max : Ça va. Les mises à jour seront faites à la fin de la semaine.

Le patron : Comment va Jenny ?

Max : Bien. (Un temps.) On s’est séparé.

Le patron : Je suis désolé.

Max : Non, ça va.

Le patron : Hé bien… J’espère que je ne te choque pas, mais ça ne m’étonne pas.

Il s’assoit sur le bureau de Max.

Max : Oui, tout n’était pas rose.

Le patron : Tu es un garçon très droit, tu n’as pas l’air d’avoir de secrets. Jenny semblait être un peu… compliquée.

Max : On peut dire ça !

Ils se sourient. Le patron se lève, pose une main sur l’épaule de Max.

Le patron : Ecoute… Je ne veux rien t’imposer, mais ma fille Brooke rentre ce week-end. J’ai toujours pensé que vous vous entendriez bien.

Max : Votre fille ?

Le patron : Je te laisse son numéro.

Max : Tu peux l’appeler si tu es d’attaque. Pas d’obligation. Vraiment.

Il s’en va en souriant. Max soupire, et se prend la tête entre les mains.

 

 

[Dans le bureau de Joyce… Jour.]

Joyce, l’avocate de Bette, est dans son bureau et parle à Tina qui vient d’arriver. Bette est derrière, Angelica dans ses bras.

Joyce : Je suis heureuse que vous soyez venue.

Tina avance, passe devant Joyce, et va prendre Angelica.

Tina : (A sa fille.) Viens avec maman, chérie. Maman ne te laissera plus jamais. (Elle la prend des bras de Bette.) Viens ici chérie. Oui. Viens mon bébé. (Bette est contrariée.) Viens mon bébé. Tu m’as manqué. (Bette regarde Joyce, les larmes aux yeux.) Oui, oui. Oui, mon bébé.

 

 

[A une réunion… Jour.]

Max assiste à une réunion d’information pour transsexuels avec d’autres gars comme lui.

Gars1 : Je ressemblais à un mec, le monde hétéro n’était pas pour moi. Et au bout d’un moment, le monde des gouines non plus. Je me sentais très seul, et le pire c’est que je ne pouvais pas pleurer.

Gars 2 : C’était le pire pour moi. Quand la testostérone a fait son effet, mes émotions ont changé et je ne savais plus pleurer.

Max les regarde.

Gars 3 : Ce n’était pas mon cas, mais on ne nous prépare pas à ce que le corps va subir. A la puberté, les garçons ont un cours d’éducation sexuelle.

Max : Vous savez où je pourrais trouver plus d’infos ? Parce que… C’est mon amie qui m’a donné ma testostérone, et elle l’a eu en douce.

Gars 2 : Mon Dieu ! T’en prenais combien ?

Max : 200 par semaine mais… (Tous les gars font la grimace.) Quand j’ai commencé, je…

Gars 3 : Tu sais ce que ça peut faire à ton foie ?

Gars 1 : Et à ta personnalité ! Tu as encore des amis, Max ?

Max : (Sourit.) Oui, mais ça a été le bordel. J’ai souvent perdu les pédales. C’est pour ça que je suis ici. Je pensais que vous pourriez m’aider.

Gars 2 : On va te donner le numéro d’un docteur. Un endocrinologue qu’on a tous consulté.

Tous les gars acquiescent.

Max : Merci.

 

 

[Dans le bureau de Joyce… Jour.]

Tina : C’est débile. Moi, pas digne de confiance ? C’est elle qui ment et qui trompe.

Bette : Et elle a juré, Elle a juré le jour où Angelica est née qu’elle était notre enfant. Notre enfant, irrévocablement notre enfant. Et à la seconde où ça ne l’arrange plus, elle dit que c’est son enfant.

Tina : C’est elle qui a commencé par l’enlever.

Bette : Non, c’est toi qui as voulu retrouver la sécurité d’un mec blanc hétéro.

Tina : La sécurité ? C’est la chose la plus courageuse que j’ai faite. J’ai perdu tous mes amis qui me voient comme la traîtresse.

Bette : Ils ne te détestent pas à cause de ton orientation sexuelle. Mais car malgré la confiance qu’ils avaient en toi, tu t’en sers comme excuse pour avoir la garde de notre enfant.

Tina : Encore cette putain de confiance. C’est débile.

Tina se lève, et prend Angelica dans ses bras. Bette se lève également.

Bette : N’essaye pas.

Tina : (En se retournant.) Parce que toi, tu ne le ferais pas ? Qui a kidnappé notre fille au milieu de la nuit ? (Joyce se met devant la porte.) Bougez-vous s’il vous plait.

Joyce : Ok, ok. Je suis heureuse que vous ayez pris une décision.

Bette : Laquelle ?

Joyce : Maman 1 et Maman 2 vont régler ça au tribunal. (Elle ferme la porte.) Ce qui n’est finalement pas si grave.

Tina : Comment ça, ce n’est pas grave ?

Tina pose Angelica par terre.

Bette : Oui, dans quel univers ce n’est pas grave ?

Joyce : Pour mon compte en banque d’abord. Chance, ma cliente a retrouvé du boulot. Mais ce qui est grandiose, c’est que ça va faire la une des médias. Et Tina, juste un petit conseil en tant que médiateur. Trouvez-vous un meilleur avocat.

Tina : Qu’est-ce qui cloche avec le mien ?

Bette : Pourquoi vous lui dites ça ?

Joyce : Charles est compètent, mais ce serait du gâteau. Je le mangerais au petit déj’. Dommage que Johnny Cochran soit mort. Un avocat afro-américain défendant votre idyllique famille blanche hétéro, ça aurait été parfait pour vous. (Tina s’assoit.) Puisque nous allons évidemment jouer sur la carte de l’origine ethnique.

Bette : Ce n’est pas une carte, mais une réalité inébranlable. Tina n’a pas les compétences pour éduquer un enfant métisse.

Tina : Mais, je l’étais pour coucher avec une métisse pendant huit ans.

Bette : Visiblement, tu ne l’étais pas.

Joyce : Ne changeons pas de sujet. Et toi ma belle, la presse t’appellera « Bébé 1 ». (En se penchant vers Angelica.) La fille in vitro d’une blanche hétéro bossant dans le cinéma (Regardant Tina.), et d’une lesbienne métisse du monde artistique (Regardant Bette.). Les fondamentalistes vont se ruer là-dessus. Les libéraux et les féministes se disputeront entre eux. De bons chrétiens proposeront de l’adopter pour l’éloigner de ses deux mères, perverses et malades en train de s’entretuer.

Elles se regardent toutes les trois.

 

 

[Chez Jenny… Soir.]

Jenny nettoie la cuisine pendant que Max lui parle.

Max : J’ai le nom du docteur qui soigne tous les trans de L.A. Les gars du groupe n’en revenaient pas de toute la testostérone que j’ai prise. Je vais prendre rendez-vous dès que possible.

Jenny : C’est génial. Pardon. J’espère qu’il pourra t’aider.

Cette dernière court, pendant que la sonnerie retentit.

Max : Jenny, on sonne.

Jenny : Merde, tu peux ouvrir pour moi ? Désolée.

Max va ouvrir, et voit Claude derrière la porte.

Claude : Bonjour Max.

Elle rentre et monte sa valise.

Max : Laisse-moi t’aider.

Jenny arrive d’une autre pièce.

Jenny : Salut, comment vas-tu ? Je suis contente de te voir. (Elles s’embrassent.) Comment vas-tu ?

Claude : Bien.

Jenny : Oui ?

Claude : Oui.

Elles s’embrassent à nouveau, Max les regarde.

 

 

[Chez Bette… Soir.]

Tina et Henry arrivent dans l’allée, Tina semble inquiète.

Henry : Ça va aller.

Ils avancent vers la porte. Pendant ce temps, à l’intérieur, Kit, Bette et Angus préparent les affaires d’Angelica.

Angus : Okidoki, il y a tout ce dont une fille a besoin, là-dedans. (Bette met les affaires dans le sac, Kit prend Angelica dans ses bras. On toque.) Juste à temps.

Bette : Viens ici Chérie.

Elle prend Angelica dans ses bras et se lève. Angus ouvre la porte à Tina et Henry.

Henry : (A Angelica.) Coucou Angie, tu es prête ?

Angus : Prête à faire la fête. Le programme : quelques jours chez Maman T, je passe la prendre mercredi, et je la ramène à Maman B.

Tina : Tu ne fais pas de baby-sitting pour moi ? Je dois aller travailler.

Angus : Oui, je suis très occupé en ce moment. Mon groupe a mis une démo sur myspace. J’ai des entretiens avec des maisons de disque. (Bette joue avec les doigts d’Angelica en souriant.)

Henry : (A Tina.) Ça ne dérangera pas Sherry de garder Angie et Mickey. Elle est géniale.

Kit : (A Angie.) Tu es prête ?

Bette : (A Angie.) Tu es prête ?

Kit : (En prenant Angelica dans ses bras.) Voilà. On y est.

Bette : Je ferai un planning. (Kit passe Angelica à Tina.) Tu utilises toujours Ika ?

Tina : Oui.

Bette : Je le ferai en Ika alors.

Tina : Parfait.

Tina et Henry s’en vont avec Angie. Kit regarde Bette, qui détourne le regard.

 

 

[Dans le studio de radio d’Alice… Soir.]

Alice est en direct sur la chaine qu’elle anime, avec son émission « La toile ».

Alice : Ce matin, c’était 1150. Ce soir… (Alice regarde son ordinateur qui est sur la constellation de Papi.) Regardez ça. On en est à 1377. Et ça fait seulement 24 heures que son nom est apparu sur Ourchart. Elle a crashé nos serveurs et causé la panique chez les webmasters. C’est peut-être la plus grande joueuse de l’histoire des joueuses. Tout ce que je peux dire, c’est « Papi »… Papi, si tu es là, si tu existes en vrai. Si tu existes vraiment. Prends contact avec nous. Tu peux appeler, envoyer un mail. Dis-nous où tu traines. Je te trouverai. Dis-nous quand tu dors. Si tu dors. Je veux juste savoir, Papi, comment fais-tu ce que tu fais ? C’était Alice Pieszecki qui clôture avec la question qui est sur toutes les lèvres. (Se lève, et pose les mains contre la vitre.) Où est Papi ?

 

 

[Chez Cherie… Jour.]

Une fête est organisée chez Cherie, les gens boivent et fument. Shane est allongé sur un transat.

Cherie : (A Shane.) Eh la goudou ! Viens faire la fête. Viens ! (Cherie essaye de prendre la main de Shane et de la lever, celle-ci reste allongée.) Viens, ma goudou. (Elle lui prend ses lunettes de soleil et les mets) Tout le monde. Voici Shane !

Shane se lève et se tient la tête entre les mains. Elle avance, passe devant des gens qui la regardent, font de la musique, jouent dans la piscine. Elle continue à avancer et se retrouve face à Cherie qui arrive avec un plateau.

Cherie : Les plaisirs de la neige. (Shane commence à snifer la drogue contenu dans le plateau.) Je vais te réveiller. C’est bien. (Shane snife un deuxième rail.)

Une fille qui dansait derrière elle l’aborde en lui touchant les épaules.

La fille : T’es trop mignonne quand tu planes. Viens danser avec moi.

Cherie : Vas-y Shane. Je sais que tu aimes les barbies.

La fille se colle à Shane, cette dernière la repousse et s’en va regardant mal Cherie. Cherie la regarde s’en aller, puis se met à snifer elle aussi.

 

 

[Chez Jenny… Jour.]

Claude est sur un tabouret, cherchant à manger dans le placard, vêtue d’une chemise. Jenny, elle est devant le frigo, par terre, enveloppée d’un drap.

Jenny : Je n’ai que du caviar à la crème fraiche.

Claude : Et j’ai trouvé des crackers.

Claude descend de son tabouret, commence à manger un cracker. Jenny ouvre le pot de crème fraiche.

Jenny : C’est périmé.

Elle sourit et le jette par terre, en mettant partout. Claude s’approche d’elle.

Claude : C’est pas grave. (Elles s’embrassent. Claude l’embrasse dans le cou.) Je suis contente qu’on ne doive pas sortir.

Elles s’embrassent encore, et Claude se met sur Jenny qui est allongée par terre.

 

 

[A la clinique… Jour.]

Kit et Angus avancent dans la rue, Angus, son bras sur les épaules de Kit. Ils se dirigent vers la clinique pour l’avortement de Kit. Ils rentrent à l’intérieur.

Angus : (A la femme de l’accueil.) Je suis avec Kit Porter, elle a rendez-vous.

La femme de l’accueil : Voilà. (Elle leur tend un dossier, et voit qu’ils se prennent la main.) Remplissez ceci et on viendra vous chercher pour le test de grossesse.

Kit : J’en ai déjà fait 20 chez moi. Ça fait 10 jours que je mange comme un sumo et que je dégueule partout. Je n’ai pas besoin d’un test.

La femme d’accueil : C’est obligatoire. Une procédure standard avant d’offrir nos services.

Kit et Angus s’éloigne, et vont s’asseoir sur un canapé de la salle d’attente, pour remplir le formulaire. La femme d’accueil écrit quelque chose sur un papier et les regarde.

 

 

[Chez Cherie… Jour.]

Shane s’énerve en cherchant ses clés sur le bar de la cuisine.

Shane : Putain, où sont mes clés de voiture ?

Elle retourne des pots, Cherie arrive d’une autre pièce.

Cherie : Tu es venue en taxi de l’aéroport.

Shane : Vraiment ? Oui, c’est vrai. Mais… (Sort des clés d’un pot.) Ce sont les tiennes ?

Cherie : Tu vas où ?

Shane : Nulle part, mais je prends ça.

Cherie : (Regardant Shane s’en aller.) Je ne sais pas quel est ton problème, mais si tu faisais ça, tu serais… heureuse

Elle éclate de rire avec le gars à côté d’elle, et le prend par l’épaule pour aller dans une autre pièce.

 

 

[Sur la route… Jour.]

Shane est en voiture et roule.

 

 

[A la clinique… Jour.]

Kit est assise sur un lit, dans une chambre, en tenue d’hôpital. Une infirmière rentre dans la pièce.

Kit : Où est le docteur qui va s’occuper de moi ?

L’infirmière : (En lui tendant une boîte en souriant.) Félicitations.

Kit : (En ouvrant la boîte.) Félicitations pour quoi ?

L’infirmière : Voici une photo de votre magnifique bébé. (Kit sort une peluche de la boîte.) Vous accoucherez vers le 12 septembre.

Kit : Vous faîtes quoi ?

Kit fait tomber par terre la photo de l’échographie et la peluche.

L’infirmière : (En sortant une autre photo.) Voici une photo de votre bébé si vous faites cette chose horrible. (Prenant un meuble pour le mettre devant la porte et empêcher Kit de sortir.) Le docteur vous attend dans son bureau pour parler de…

Kit renverse le meuble, et ouvre la porte.

Kit : Angus ! Fais-moi sortir d’ici Angus ! Je t’en supplie, fais-moi sortir. (Court dans les couloirs, et retrouve Angus, où le personnel de la clinique est présent.) Je t’en supplie, partons !

Angus : Et tes vêtements ?

Kit : Je m’en fous, viens !

La femme de l’accueil : (En s’approchant de Kit.) Attendez, tout va bien se passer.

Kit : Ne m’approchez pas.

L’infirmière : On veut juste prier avec vous.

Kit : Oh non ! Bande de bigots moralisateurs, vous détestez les femmes.

L’infirmière : On ne déteste pas les femmes.

Kit : Vous êtes là pour intimider des femmes désespérées qui viennent chercher de l’aide.

Le docteur : Madame Porter, venez avec moi.

Kit : Ta gueule ! Si vous vous approchez, j’arracherai votre tête de mes propres mains. Viens Angus, laissons ces connards.

Kit en Angus s’en vont, laissant le personnel choqué.

 

 

[Devant chez Carmen… Jour.]

Shane arrive en voiture, et se gare devant. Les cousins de Carmen sont sur la terrasse. Ils la voient arriver.

Shane : Salut.

Le cousin : Je peux t’aider ?

Shane : Carmen est là ?

Shane ouvre le portail.

Le cousin : Elle ne veut pas te voir. C’est terminé.

Shane : Je sais qu’elle me hait surement… Mais je voudrais lui parler pour…

Le cousin : (En la poussant et la faisant tomber par terre.) Elle ne veut pas te voir ! Regarde-toi. T’es pitoyable. Dieu merci, ma cousine ne t’a pas épousée. Viens. Casse-toi ! (Il la fout dehors, puis referme le portail. Shane boite jusqu’à la voiture.) Casse-toi. Dégage !

Shane démarre la voiture et s’en va. Le cousin de Carmen la regarde s’en aller.

 

 

[Chez Jenny… Jour.]

Max marche dans le couloir en direction de la chambre de Jenny où elle est avec Claude.

Max : Hé les filles. (Il pousse la porte.) Jenny ?

Il voit Jenny attaché avec des menottes sur son lit avec Claude, et qu’elles s’embrassent. Max se retourne pour ne pas en voir plus.

Claude : Bonjour Max.

Max : Vous ne devriez pas vous préparer ? Il est presque sept heures.

Elles continuent de s’embrasser.

Claude : Il est temps de se préparer.

Jenny : Encore cinq minutes.

 

 

[Dans la rue, sur la route… Jour.]

Shane sort d’un bar avec un sac rempli de bouteilles et rentre dans la voiture de Cherie. Elle rentre sur l’autoroute, et boit de la liqueur, fume en même temps, et roule en zigzaguant entre les files. Elle klaxonne contre une voiture.

Shane : Dégage, bordel !

En zigzaguant, elle sort de la route, et rentre sa voiture dans un poteau. Les airbags de la voiture sortent. Une voiture passant juste à côté s’écarte de justesse pour ne pas la percuter. Un homme en sort.

L’homme : Ça va ? Ça va ? Ne bougez pas, j’arrive. (Il prend son téléphone et appelle les urgences. Shane ouvre sa portière et s’effondre par terre.) Non, restez là. (Au téléphone.) Il y a eu un accident. Une voiture a percuté un poteau sur le boulevard. (Shane se relève. A Shane.) Vous devriez rester ici. (Au téléphone.) Elle s’éloigne du véhicule. Elle tient debout. (Shane commence à s’en aller en se tenant la jambe.) Madame ? (Shane se retourne, puis continue d’avancer.)

 

 

[Au Planet… Soir]

Jenny est sur son ordinateur, lisant les critiques sur son livre, avec Claude et Max.

Jenny : Imaginez que Holly Golightly ait écrit dans ses mémoires les abus sexuels à l’enfance et ses automutilations à l’âge adulte, et nous ait convaincu que le stress post-traumatique peut tenir le rôle d’analgésique, d’aphrodisiaque, de drogue, et de manuel de séduction. (Jenny sourit.) Jennifer Schecter dresse un portrait honteusement complaisant d’elle-même. (En lisant la dernière phrase de la critique, Jenny ne sourit plus du tout, et regarde Claude.)

Claude : C’est bien.

Claude regarde l’écran à nouveau. Kit a raconté sa mésaventure à sa sœur à la clinique.

Bette : Les salauds, tu aurais dû mettre le feu.

Bette et Kit bougent des chaises.

Kit : Je vais le faire. Ils ignorent à qui ils ont affaire.

Alice : Calmez-vous un peu.

Alice porte elle-aussi des chaises. Helena, à côté d’elles, suit la conversation.

Helena : Que peut-on faire dans un cas pareil ?

Kit : Je vais foutre le feu à cette clinique !

Bette : (En prenant une chaise avec laquelle elle tape le sol.) Le feu ! Le feu !

Alice : Pourquoi vous ne récoltez pas des fonds pour aider les futurs parents ? Un truc positif, qui ne vous fait pas risquer 30 ans de prison.

Bette et Kit se regardent. Helena va au bar.

Helena : Trois verres d’eau avec du citron, s’il vous plait.

Tina et Henry arrivent derrière elle. Tina essaye de l’aborder.

Tina : On est à ce point-là des pestiférés ?

Helena : De quoi tu parles ?

Tina : Tu nous as ignorés, comme si on avait le virus de l’hétérosexualité.

Helena : Ne sois pas ridicule, je ne t’ai pas ignorée. Bonjour (Fait la bise à Tina.) Bonjour. Comment ça va ? (Fait la bise à Henry.)

Henry : Bien.

Helena prend ses verres.

Tina : On t’a appelé, toi aussi ?

Helena : Aaron Cornbluth, oui. Je le vois mercredi.

Tina : Moi aussi.

Henry : C’est qui ?

Tina : Notre nouveau patron.

Helena : Probablement un concitoyen irlandais.

Elle s’en va avec ses verres. Tina et Henry la regarde s’éloigner.

Henry : C’était une remarque raciste ?

Tina : J’espère que non. (Un temps.) Elle nous a ignorés. Vraiment.

 

 

[Dans la rue… Soir.]

Shane avance, tenant toujours sa jambe, le front en sang.

 

 

[Au Planet… Soir.]

Kit monte sur scène avec un micro.

Kit : Mesdames, mesdames, mesdames et messieurs, je suis fière de vous présenter une femme que nous attendions tous. (Claude et Jenny se regardent.) Pour certaines, c’est une vielle amie. Elle nous a quitté quelques temps, mais elle est à nouveau parmi nous, et nous somme ravis car c’est l’une des personnes les plus belles, exceptionnelles, et fascinantes à avoir passé du temps au Planet. (Alice regarde la foule, et aperçoit Marina de loin. Alice est choquée.). Mesdames, mesdames, mesdames et messieurs, la voici. (Murmure.) Jenny, viens, viens…

Fille de la foule : (Murmure en parlant de Marina.) Je ne savais pas qu’elle venait.

Kit : Celle que vous attendez tous.

Fille de la foule : (Murmure.) Tu savais qu’elle était en ville ?

Kit : (Apercevant Marina.) Oh mon Dieu ! Ma grande t’étais où ? Oh mon Dieu !

Marina sourit. Bette est étonnée, Jenny sans voix. Kit descend de la scène pour aller prendre Marina dans ses bras.

Marina : Kit !

Kit : (En la prenant dans ses bras.) Regarde-moi ça !

Tina : (La prenant dans ses bras aussi) Marina ! Tu es superbe.

Alice prend également Marina dans ses bras, suivie par Bette.

Bette : Ça fait du bien de te voir. Tu loges où ?

Alice : T’es ici avec qui ?

Bette : Tu restes un peu ? Tu es occupée.

Alice : On m’a dit que tu étais à Rome.

Tina : Je croyais que c’était Florence.

Marina : Oh les filles, les filles. Voyons… Je suis là pour le boulot. Je reste à L.A trois jours. Je suis au Bel Air parce que c’est important de retourner là où on a affronté nos pires démons. Et c’est Rome, pas Florence. (Regarde Jenny qui est sur la scène.) Mais j’ai interrompu quelque chose. (S’avance un peu.) Mesdames et messieurs, je réclame toute votre attention pour la magnifique et talentueuse Jenny Schecter.

Marine enlève son chapeau en souriant et applaudit, comme la foule. Marina dévore des yeux Jenny en souriant, celle-ci la regarde sans lui rendre son sourire.

 

 

[Sur la route, dans la rue… Soir.]

Shane marche au milieu des voitures sur la route.

 

 

[Au Planet… Soir.]

Jenny est assise à un bureau avec Claude, dédicaçant ses livres.

Claude : (En regardant Marina.) Elle s’appelle comment ?

Jenny : (A une fille, en lui rendant le livre.) Merci. (Regarde Claude.) Marina dela Carodesca Ferara.

Claude : Comment tu la connais ?

Jenny : On était amies.

Claude : Quel genre d’amies ?

Jenny : Elle a été ma première.

Claude : Elle a été très importante pour toi.

Jenny : Pendant un moment, oui.

Marina s’avance vers elles, lisant le livre de Jenny.

Marina : Félicitations Jenny. Ton livre est magnifique. Très bien écrit. Ça me rappelle Dorothy Allison avec le côté chic de Mary Gaitskill. (Lui sourit.) Les magazines te comparent à Truman Capote.     

Claude : Ils l’ont comparé à Holly Golightly, ce n’est pas vraiment Truman Capote.

Marina : C’est mieux, tu ne trouves pas ? (En souriant, lui tendant la main.) Marina Ferrer.

Claude : (En lui serrant la main.) Claude Mondriau.

Marina : (A Jenny.) Je suis fière de toi. (Un temps.) Tu vas bien ?

Jenny : Très bien et toi ?

Marina : Pendant cette année, j’ai fait ce dont j’avais toujours rêvé. Une tournée avec des danseurs. Je les aide. (Claude et Jenny se regardent en souriant.) J’ai récolté de l’argent, contacté les théâtres. Ils sont très particuliers.

Claude : Ils viennent danser ici à Los Angeles ?

Marina : Oui, je les fais venir ici, et j’espère que vous viendrez les voir.

Jenny : Je te souhaite bonne chance pour ça.

Marina : Bonne chance à toi aussi.

Jenny : Merci.

Marina : Tu en as déjà.

Elle sourit, puis s’en va. Jenny est pensive. Claude regarde cette dernière.

Claude : Tu crois qu’elle coucherait avec nous ?

Jenny : Non.

Claude : Propose-lui.

 

 

[Dans la rue… Soir.]

Shane continue d’avancer, boitant sur le trottoir.

 

 

[Planet… Soir.]

Claude et Jenny avance et rentre dans une chambre où est Marina, celle-ci est au téléphone. Elle raccroche quelques minutes après. Toutes les trois se regardent. Jenny n’a pas l’air vraiment enthousiaste d’être là. Claude s’approche d’elle, et l’embrasse. Après un temps, Claude se tourne vers Marina.

Marina : (En souriant.) Pas mal… (Elle s’assoit sur le lit. Claude et Jenny continuent de s’embrasser. Jenny enlève le haut de Claude. En regardant Jenny.) Tu as vraiment eu de la chance.

Claude : Tu ne veux pas en avoir aussi ?

Marina : (En se levant.) Mais, j’ai une chance inouïe.

Elles s’embrassent. Marina passe sa main sur la joue de Jenny, celle-ci la tient. Marina et Jenny se regardent intensément pendant que Claude embrasse le cou de Marina. Jenny retire la main de Marina et se recule. Claude la regarde.

Claude : Qu’est-ce que tu attends ?

Jenny : La critique du New York Times paraît à minuit, alors… je vais aller voir.

Claude : Tu plaisantes ?

Marina : (En souriant.) Je ne crois pas qu’elle plaisante.

Jenny : (A Claude.) Mais je crois que tu devrais… rester et… Avec Marina. Bonne nuit.

Elle s’en va. Claude est étonnée. Marina se met devant Claude.

Marina : Bah ce n’est pas grave… Hein ?

Elles s’embrassent.

 

 

[Chez le père de Shane… Soir.]

Shane monte l’allée, et prend la clé en haut de la porte. Elle s’apprête à ouvrir lorsqu’elle aperçoit Carla, l’ex-femme de son père.

Carla : J’aurais dû savoir que ce bâtard me quitterait.

Shane : Carla ?

Carla est assise sur un banc devant sa maison.

Carla : J’aurais aussi dû savoir que tu ne me rappellerais pas. Je suppose que… je n’ai plus aucun amour-propre, donc… Me voici.

Shane : Tu m’as appelée ?

Carla : Cinq, six, peut-être dix fois.

Shane : Pardon, je… J’ai perdu mon portable. Et je suis désolée, que Gabe t’ait laissée tomber.

Carla : C’est ma faute. J’aurais dû m’y attendre.

Shane : Non, ce n’est pas ta faute. Il t’a fait croire que tu pouvais le changer. Et il… Il s’en ai convaincu lui-même. Et… C’est ça qui a fait tout foirer.

Carla : Ces trois derniers jours, je suis restée couchée par terre, je rampais de pièce en pièce. J’ai essayé de parler, mais je ne faisais que pleurer. J’ai essayé de manger, je gerbais tout. Je gerbais tant, j’ai commencé à cracher du sang.

Shane : Si je pouvais changer les choses, je disparaitrais de ta vie, ça porte malheur de me connaître.

Carla : Je t’ai laissé un cadeau. Il est derrière, sous le porche.

Elle se lève, les larmes encore voyante sur ses joues.

Shane : Où vas-tu ?

Carla : Chez mon père.

Shane : Carla, tu es malade, je t’emmène chez le médecin.

Shane s’approche d’elle, Carla avance.

Carla : Ça arrangerait tout, hein ! Va te faire foutre !

Elle s’en va. Shane la regarde s’en aller, puis ouvre la porte en rentre. Elle allume la lumière, essaye de marcher là où il n’y a pas de débris. Elle prend une bouteille dans le frigo et en boit. Elle avance vers l’endroit que lui a dit Carla. Elle ouvre, et voit Shay sur un matelas dormant. Elle part en courant, comprenant que Carla lui laisse Shay.

Shane : Carla !

Shay se réveille et se lève. Shane court dans la rue cherchant Carla. Elle traverse la route, regarde dans tous les sens, se prend la tête entre les mains.

 

FIN DE L’EPISODE.

 

Ecrit par treehill13

Kikavu ?

Au total, 22 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

winter 
12.08.2017 vers 13h

Gamofserie 
21.05.2017 vers 14h

jenbette 
31.10.2016 vers 23h

hollywood 
26.10.2016 vers 15h

juju93 
02.09.2016 vers 23h

Milaie69 
21.08.2016 vers 23h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Marlee Matlin au casting de Limetown

Marlee Matlin au casting de Limetown
Après Jessica Biel, cinq nouveaux acteurs rejoignent le casting de la série Facebook Limetown. Parmi...

Joyeux anniversaire Janina !

Joyeux anniversaire Janina !
Aujourd'hui, mercredi 29 novembre 2018, c'est l'anniversaire de Janina Gavankar. En effet,...

Janina Gavankar au cinéma avec Ben Affleck

Janina Gavankar au cinéma avec Ben Affleck
Janina Gavankar sera bientôt être de retour sur grand écran. En effet, l'actrice amérindienne a...

Reverie annulée par NBC

Reverie annulée par NBC
Le verdict a fini par tomber : après trois mois d'attente et seulement 10 épisodes, NBC a finalement...

La saison 3 de Quantico le 30 novembre sur M6 !

La saison 3 de Quantico le 30 novembre sur M6 !
Ca y est ! Nous connaissons enfin la date de diffusion de la troisième (et dernière) saison de...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

La lutte de Dana contre le cancer du sein qui va finalement l’emporter est l’occasion de scènes dramatiques, poignantes mais aussi admirables ou réconfortantes. Vous retenez plutôt :

Total : 26 votes
Tous les sondages

Partenaires premium
HypnoRooms

choup37, Avant-hier à 15:43

Nouveau calendrier sur Doctor Who, nouveau sondage sur merlin!

Locksley, Hier à 17:14

L'interview du mois vient de paraître à l'Accueil ! Cobrate a répondu à nos questions Bonne lecture !

Supersympa, Hier à 22:04

Bonsoir à tous ! Nouveau calendrier et nouveau sondage sur le quartier Dollhouse !

Supersympa, Hier à 22:06

Et n'oubliez pas qu'Echo a toujours besoin de votre aide pour l'animation "A la recherche de Paul" !

Supersympa, Hier à 22:07

Bonne soirée à tous !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site